Astrocytes et Maladies Neurodégénératives

Nouveaux horizons de traitements en M.T.C.

(Résumé de conférence)

 

La Fin du tout Neuronal

 

Grâce au microscope biphoton permettant de voir les molécules en mouvement Hajime HIRASE a pu montrer que nous avons un deuxième cerveau.

Les neurones perdent le monopole de la communication cérébrale.   On entend peu parler des cellules gliales. Pourtant, elles sont jusqu’à 10 fois plus nombreuses que nos 100 milliards de neurones !

 

Un autre dogme mis à mal au cours de la dernière décennie a été celui de neurones immuables de la naissance à la mort.

Deux zones du cerveau, la zone sous ventriculaire et la zone sous granulaire de l’hippocampe, abritent des cellules souches qui donnent naissance à de nouveaux neurones tout au long de la vie, y compris à l’âge adulte.

Il existe également une spécificité régionale: en effet, s’il existe des cellules souches isolées dans de multiples endroits du système nerveux central, y compris la moelle épinière, seuls les astrocytes de l’hippocampe sont capables de stimuler la neurogenèse.

Les astrocytes interceptent les influx nerveux puis envoient un message par voie chimique.

Le signal véhiculé par les astrocytes n’est pas électrique comme dans les neurones, mais chimique (Augmentation du taux de Calcium).

Il se propage lentement d’astrocyte en astrocyte jusqu’à l’extrémité d’un autre bras astrocytaire qui va influer sur la communication des neurones qu’il enserre.

Ils contrôlent aussi l’alimentation des neurones.

De ce fait les Astrocytes jouent un rôle facilitateur dans la MÉMORISATION.

De plus, son rôle majeur dans la formation et la plasticité des synapses entre neurones a été mis en évidence.

Par ailleurs l’astrocyte est le seul lieu de stockage du glucose dans le système nerveux, donc la seule source énergétique des neurones et les facteurs de croissance sécrétés par les astrocytes sont essentiels à la conservation des fonctions neurales et à la survie cellulaire.

 

Dans le système nerveux central, il existe 4 types de cellules gliales :

1 – L’Oligodendrocyte :

La myélinisation des axones est la fonction la plus importante attribuée aux oligodendrocytes.

Grâce à ses qualités d'isolant électrique et à sa structure discontinue, la gaine de myéline assure l'efficacité et la rapidité de la conduction de l'influx nerveux.

La destruction de la gaine de myéline dans le cerveau, telle qu'on l'observe dans la sclérose en plaques, provoque une totale désorganisation de la transmission de l'influx nerveux, la disparition d'un seul oligodendrocyte altérant le fonctionnement de 15 à 30 neurones. Cela engendre de graves troubles de la motricité, du langage et de la mémoire.

2 – L’Astrocyte étoilé :
L'astrocyte tire son nom de sa forme étoilée : d'une petite masse cytoplasmique partent des prolongements diversement ramifiés qui, au contact des autres cellules, s'élargissent en pied astrocytaire. Les astrocytes forment un réseau tridimensionnel entre les neurones, véritable support structural du tissu nerveux.

Les astrocytes ont également un rôle nourricier. Les pieds astrocytaires entourent les capillaires sanguins qui irriguent le cerveau, constituant la couche interne de la barrière hémato-encéphalique. Les astrocytes captent ainsi le glucose sanguin, puis le stockent sous forme de glycogène pour fournir l'énergie nécessaire à l'activité des cellules nerveuses.

3 - La cellule microgliale ou Microgliocyte :

Issue de la lignée des macrophages, la microglie est activée au cours de diverses atteintes du système nerveux central : ischémies, lésions, maladies autoimmunes et neurodégénératives, infections virales.

Elle participe alors à la défense du tissu cérébral et à la réaction inflammatoire, assurant des fonctions immunes telles que l'élimination des débris cellulaires par phagocytose, la présentation de l'antigène et la sécrétion de différents facteurs trophiques ou toxiques comme les cytokines, les facteurs de croissance ou les radicaux libres.

Actuellement, les études menées sur la microglie sont essentielles pour comprendre l'évolution de pathologies telles que l'encéphalopathie à VIH, la sclérose en plaques ou la maladie d'Alzheimer.

4 - La cellule épendymaire ou Ependymocyte :
La cellule épendymaire est de forme cylindrique, de taille variable et porte des cils sur son pôle basal.

Reliées par leurs faces latérales, les cellules épendymaires constituent la paroi des cavités cérébrales qui contiennent le liquide céphalo-rachidien (LCR).                

Grâce à leurs cils mobiles, elles assurent la circulation du LCR dans les ventricules cérébraux.

Leur localisation fait d'elles une barrière filtrante qui règle les échanges entre le LCR et le système nerveux central.

 

Le réseau astrocytaire constituerait donc un système de transmission non synaptique qui se superposerait au système neuronal pour jouer un rôle majeur de modulation des activités neuronales.

Selon des travaux réalisés in vivo sur la souris, les Astrocytes ont aussi la capacité de dégrader les « plaques amyloïdes », ces agrégats de protéines, en cause dans la Maladie d’ALZHEIMER, qui en s’accumulant dans le cerveau, provoquent la mort des neurones et l’apparition de la démence.

A l'aide de procédures représentatives, ils ont mis en évidence des différences de consommation énergétique au sein du cerveau entre les patients atteints d'Alzheimer et les sujets sains. Les expériences en laboratoire ont montré que, contrairement à ce que l'on croyait auparavant, les signaux mesurés ne proviennent pas des cellules nerveuses, mais avant tout des astrocytes qui alimentent ces dernières en énergie. Etant donné que ces différences de consommation d'énergie sont mesurables avant que la maladie se déclare, les astrocytes pourraient être responsables de la mort des nerfs et servir de point de départ à de nouvelles thérapies.

 

Relations avec la M.T.C. :

 

Dans les textes traditionnels le Cerveau et les Moelles (Neurones) sont en relation avec le REIN.

A la lumière de tout ce qui précède, de façon évidente, les cellules GLIALES et donc les ASTROCYTES sont en relation avec la Fonction RATE.

C’est ce qui va nous permettre de mieux comprendre le fonctionnement et la thérapeutique du système nerveux et des maladies  neurologiques et dégénératives.

 

N.B. : Tous les Points du Rein ou de la Rate sont concernés mais cette étude porte uniquement sur le rôle spécifique des points SHU et de leurs correspondances avec d’une part la fonction

 NEURONALE et d’autres part les fonctions différenciées de la Glie:

ASTROCYTES ETOILÉS

MICROGLIOCYTES

OLIGODENDROCYTES

EPENDYMOCYTES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans la Symptomatologie Traditionnelle en MTC :

Le terme occidental « Maladie d’Alzheimer » n’existe pas dans les textes.

Se cache-t-il derrière les termes utilisés dans les textes traditionnels tels que :

Folie, Esprit agité, Désordre Mental , Délire verbal, Perte de mémoire, Divagation, Démence sénile, Confusion…..?

 

Parmi les Fonctions des Points de la Rate:

          1 Rte : Désordre Mental – Comas soudains- Convulsions- Syncopes cadavériques.

          2 Rte : dit: «Grand Point des Mathématiques » autrement dit de la mémoire. Convulsions des enfants

          3 Rte : Anorexie- Esprit agité et oppressé

          4 Rte : Démence- Esprit agité- Epilepsie - Anorexie- Délire verbal

          5 Rte : Convulsions épileptiques- Morosité - Rêves de spectres, de fantômes, de monstres

          9 Rte : Anorexie

Parmi les Fonctions des Points du Rein :

          1 R : Epilepsie - Syncopes cadavériques - Perte de mémoire - Folie

          2 R : Epilepsie - Nervosité

          3 R : Esprit agité

          6 R : Epilepsie nocturne

          7 R : Epilepsie atonique - Membres Inf. atrophiés

          10R : Epilepsie par frayeur

Parmi les Fonctions des autres Points EAU :

          8 F : Folie agitée

          5 P : Epilepsie- Esprit agité- Folie - Pédiatrie: Convulsions avec fièvres

          3 C : Démence verbale – Epilepsie - Folie - Perte de mémoire

          3 MC : Tremblements des mains

Parmi les Fonctions des autres Points Terre :

          3 F : Convulsions -Epilepsie avec cri de chèvre

          9 P : Divagation empêchant de dormir  Déviation de la bouche

          7 C : Folie avec rires ou pleurs fous - Epilepsie – Idiotie – Perte de mémoire

          7 MC : Divagation, Epilepsie ou Folie

Points TERRE et Points EAU des Méridiens YANG :

Vérification faite et sauf exception les Points TERRE et Points EAU des Méridiens YANG présentent, eux aussi, des fonctions neurologiques :

Points TERRE des Méridiens YANG :

36 E :   Troubles Psychiques avec Divagation - Toutes les affections du Système Nerveux.

11 GI : Folie – Convulsions – Apoplexie

40 V :   Epilepsie

34 VB : Sensation de Persécution

8 IG :    Crises Epileptiformes - Folie - Convulsions

10 TR : 5 sortes d’Epilepsie - Folie – Convulsions-  Ne peut pas parler

Points EAU des Méridiens YANG :

44 E : Déviation de la Bouche

2 GI : Déviation de la Bouche

2 IG : Grande Folie                                           

66 V : Peur – Tête lourde

43 VB : Nystagmus vertical

2 TR : Divagation

 

Tout ce que nous venons de voir n’est qu’un résumé des recherches actuelles sur le sujet.

Si vous voulez d’autres informations à propos des Astrocytes voici quelques sites intéressants à visiter :

 

Science et Vie n° 1058 Novembre 2005

Site Wikipedia: http://fr.wikipedia.org/wiki/Astrocyte

Site European Dana Alliance for the Brain: http://www.dana.org/edab/publications/index_fr.cfm

Site de l’INSERM

Site ADNA:

http://www.alzheimer-adna.com/index.html

Autres sites:

www.lexpress.fr/info/sciences/dossier/neurodon

www.erudit.org

www.lecerveau.mcgill.ca

http://www.mni.mcgill.ca

http://histoblog.joueb.com

http://www.passeportsante.net

 

Bibliographie MTC :

Logiciel ACUVISION – (Sté Archibel)

 

Matière Médicale d’Acupuncture 

Thierry GAURIER  Ed. ENCRE

 

Manuel d’Acupuncture

Peter DEADMAN et Mazin AL-KHAFAJI Ed. SATAS

 

La Principes Fondamentaux de la Médecine Chinoise

Giovanni MACIOCIA Ed. SATAS

 

                                                                                                                      Jean Pierre Guiliani